L'équipe de gestion Conseil d'administration Association de parents Fondation Anciens émérites L'histoire du SSJ Le Ralliement Les archives

Le Séminaire

La relève institutionnelle

Jeudi 10 novembre 2022 – La toute dernière étape pour officialiser la nouvelle gouvernance de l’une des plus vieilles écoles au Québec vient d’être marquée aujourd’hui. L’école du Séminaire Saint-Joseph devient une entité distincte de la Corporation de laquelle elle a fait partie pendant près de 150 ans. C’est avec un grand respect que les deux organisations ont pris la décision de procéder à la relève institutionnelle, tout en conservant une collaboration harmonieuse au quotidien.

C’est en 1860 que la maison d’enseignement voit le jour sous le nom de Collège de Trois-Rivières. Elle est fondée par un groupe de huit laïcs ainsi que Monseigneur Thomas Cooke, évêque du diocèse. Dès 1874, les laïcs remettent le collège entre les mains de l’évêque Monseigneur Laflèche. Ce dernier en fait alors un séminaire diocésain dispensant le cours classique vers les vocations religieuses et les facultés universitaires. Au fil des ans, le Séminaire Saint-Joseph devient une école hautement reconnue pour sa qualité d’enseignement et ses valeurs.

Un processus graduel vers la relève institutionnelle

La cérémonie d’aujourd’hui vient officialiser un processus en cours depuis déjà plusieurs années. Dès 1970, la Corporation du Séminaire confie à un conseil d’administration la gestion de son école. En 1989, la fonction de supérieur est dissociée de celle de directeur général de l’école. Finalement, le personnel se diversifie progressivement jusqu'en 2000 où l’ensemble des cours sont alors prodigués par des enseignants laïcs.

« C’est avec beaucoup de reconnaissance que nous officialisons aujourd’hui notre partenariat, maintenant à titre de deux organisations distinctes. C’est surtout un honneur de pouvoir le faire avec autant de respect et dans un esprit collaboratif tourné vers l’avenir », mentionne M. Dany Dallaire, directeur général du Séminaire Saint-Joseph.
Une structure de gouvernance plus autonome

Les dernières étapes administratives de la relève institutionnelle, notamment le transfert du permis d’enseignement, ont été complétées dans les derniers mois. L’un des changements majeurs de la relève est de confirmer au conseil d’administration une existence en lui remettant tous les pouvoirs pour la gouvernance de l’école. « La relève institutionnelle donnera à tous les membres du conseil d’administration davantage de responsabilités et d'imputabilité, autrefois partagées avec la Corporation » souligne Thomas Grégoire, président du Conseil d’administration du Séminaire Saint-Joseph.

Cette étape importante ne vient nullement remettre en cause la collaboration entre la Corporation et l’école. D’ailleurs, la mission première de la Corporation demeurera de veiller au bien de son école. De son côté, l’école s’engage à être fidèle à ses racines. C’est d’ailleurs l’une des forces du Séminaire Saint-Joseph et la raison pour laquelle il demeure un établissement de qualité depuis plus de 150 ans : grâce à sa capacité à s’adapter aux nouvelles réalités au fil du temps.

Sur la photo, de gauche à droite : Monsieur Guy Leclerc, procureur du Séminaire Saint-Joseph, M. Thomas Grégoire, président du conseil d’administration du Séminaire Saint-Joseph, M. Pierre Leclerc, supérieur de la Corporation du Séminaire Saint-Joseph, M. Dany Dallaire, directeur général de l’École du Séminaire Saint-Joseph, M. Martin Leblanc, ancien président et administrateur du conseil d’administration du SSJ.

La Corporation du SSJ au fil du temps

En 1860, un groupe de notables trifluviens fondent le Collège de Trois-Rivières. La maison d’enseignement occupe alors l’édifice des Casernes qui se dressait sur ce qu’on appelait la colline du Platon, l’endroit de l’actuel bureau de poste. L’enseignement ne s’y fait que par des ecclésiastiques.

En 1873, les autorités du Collège entreprennent la construction d’une bâtisse plus vaste qu’on appellera le «Séminaire à tourelles», ayant sa façade sur la rue Ste-Geneviève. En 1874, le Collège devient le petit Séminaire diocésain, sous la gouverne de l’évêque Laflèche; on choisit saint Joseph comme patron et la devise «Religioni et Patriae» (Religion et Patrie).

En 1929, l’importante augmentation du nombre d’élèves nécessite encore un agrandissement. Les travaux débutent, mais l’incendie du «Séminaire à tourelles» force les autorités et les architectes à prévoir la nouvelle bâtisse plus grande encore. Elle aura sa façade sur la rue Laviolette: forte, imposante, toute de granit, sacrifiant le clocher de l’ancienne chapelle, mais offrant aux élèves tout le confort et les garanties de sécurité. Peu à peu, des laïcs prennent part à l’enseignement.

Jusqu’en 1968, le Séminaire Saint-Joseph, affilié à la Faculté des arts de l’Université Laval, offre le cours classique et décerne à ses élèves le baccalauréat ès arts. À partir de l’année 1968-1969, le cours classique est aboli. Le Séminaire devient une école secondaire privée, vouée à l’éducation chrétienne des garçons. En 1989, la fonction du supérieur est dissociée de celle du directeur général de l’école. La Corporation confie la gestion de l’école à un directeur général et au conseil d’administration, instance déjà en place depuis 1971. Le Séminaire est maintenant mixte depuis 1998 et propose toujours le service de résidence aux garçons.

© 2021 Séminaire Saint-Joseph | Conditions d'utilisation